Envie de participer ?

Résultat :

2 2

(mi-temps 2-2)

Buts pour l’USL : Pavy Malonga (17è), Maxime Ollivier (24è) / Buts pour Tierce Cheffes : (9è), (23è S.P).

UN MATCH NUL QUI N’ARRANGE PERSONNE

Par Jérôme Charrieau. Reprise du championnat R2 ce dimanche à Porcher avec un duel de bas de tableau entre deux formations en quête urgente de points. Et bien il n’y aura pas de « Tercé » gagnant pour l’escouade de Damien Bonnin. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ce résultat ne fait les affaires de personne et n’améliore guère la situation lucéenne… On a clairement ressenti un manque de confiance flagrant des 2 côtés… Certes il y a du mieux dans le jeu, le retour de titulaires y étant pour beaucoup mais que de cadeaux offerts qui ne permettent pas à l’USL d’avancer dans ce championnat. Prochain rdv dès dimanche avec le court déplacement aux Sorinières où il faudra y aller avec de l’ambition et grappiller des points pour continuer à espérer.

Une nouvelle fois, les Bleus se font piéger dès l’entame de match avec une merveille de passe en profondeur pour l’attaquant qui crucifie de près Téo Fleury (0-1 9è). Baptême du feu rude à ce niveau pour le gardien lucéen… La réaction ne va pas tarder avec tout d’abord une frappe de Romain Piette sortie par le gardien du Maine et Loire (16è). Sur le corner frappé par le capitaine François Girard, le défenseur central Pavy Malonga se jette pour égaliser en force du droit devant la ligne (1-1 17è). Dans la foulée, les Blue Boys sont proches de prendre les devants mais Lionel Benie, en face à face avec le gardien, trouve le poteau (18è). Cruel manque de réussite surtout que quelques instants plus tard, les Bleus se font punir par un penalty transformé en lucarne (1-2 23è). Je tiens d’ailleurs à féliciter un dirigeant de Tiercé qui, à la mi-temps, a reconnu qu’il n’y avait pas faute ! Même si cela ne changera rien je tenais à souligner ce fair play ! Encore une fois dans la foulée et sur l’engagement, un nouveau corner de François Girard côté gauche est repris de la tête par Maxime Ollivier sous la barre (2-2 24è). Une première demie heure complètement folle, ouverte et puis plus rien.

La seconde période est beaucoup plus hachée des deux côtés, les occasions se raréfiant, les jaunes et noirs visiteurs monopolisant le ballon mais on ressent clairement que les deux équipes ont baissé de pied physiquement, normal après cette longue trêve hivernale. On notera tout juste une tête plongeante de Vincent Piette un poil trop croisée (82è) mais les acteurs n’ont plus les jambes pour espérer mieux.

Commentez l’évènement

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.